45 avenue Jean Moulin, 75014 Paris


Tél : 01 40 44 58 85

Krach obligataire et tragédie grecque. (Cédric Vigouroux)

Posté le : 10/05/2016

On commence par les marchés et le CAC qui a bien baissé pendant cette semaine écourtée par le pont de l’ascension … En effet les marchés ne connaissent pas les jours fériés et c’est un CAC fébrile qui a perdu plus de 3% la semaine dernière. On rappelle que l’indice parisien avait rattrapé fin avril ses pertes de l’année et qu’en deux semaines il a reperdu près de 7% à 4301 points… Et beaucoup de volatilité et d’inquiétudes sont encore à prévoir d’ici l’été.

Les ministres des Finances de la zone euro se penchent à nouveau cette semaine sur la Grèce pour tenter de trouver un accord qui éviterait une nouvelle grave crise et débattre des moyens d'alléger l'abyssale dette grecque d’environ 180% du PIB… C’est le niveau de 2010 donc rien ne va mieux et pour info, le taux souverain Grec, même s’il est virtuel, est au delà de 8% quand la France emprunte à 0,50%. Et à court terme c’est pire car nous somme dans l’immédiat, dans le concret, et personne ne veut prêter à la Grèce ce qui amène le taux au dessus de 100%... Mais tout va bien selon Bruxelles et Monsieur Juncker !

Autre inquiétude le risque de krach obligataire dont on parle beaucoup et ses incidences sur l’assurance-vie. Le taux moyen servi début 2016, d'à peine 2,3% ? «Encore trop élevé», rétorque l'autorité de contrôle qui aimerait voir les assureurs mettre plus de gains de côté, pour résister à un éventuel rebond des taux obligataires… la baisse de rendement à attendre en 2016 devrait atteindre au moins 0,3 points. De quoi faire descendre la moyenne du marché sous les 2%, soit 1,70 après prélèvements sociaux.

Une nouvelle étape est en passe d'être franchie. Depuis fin 2015, certains assureurs ne s'engagent plus qu'à garantir le capital brut de frais de gestion, et non plus net. Autrement dit, une compagnie prélevant 1% de frais annuels sur le support en euros, pourrait très bien ne garantir que 99% du capital l'année suivant l'ouverture du contrat, puis 98% la deuxième année, et ainsi de suite... A suivre