Les actifs alternatifs pèsent 1.500 milliards d'euros en Europe
15/06/2018

Thumbnail [16x6]

(Les Echos) Taux bas, actions chères et volatiles, corrélations anormalement élevées... De nombreuses raisons expliquent l'engouement des investisseurs pour les actifs « alternatifs » (sous-entendu, aux actions et aux obligations). « Les actifs réels permettent aux investisseurs à long terme d'exploiter la prime d'illiquidité, ils augmentent les rendements grâce à une source de performance en grande partie prévisible et ils créent de la diversification car ils sont faiblement corrélés aux classes d'actifs traditionnelles », explique Pedro-Antonio Arias, directeur du pôle actifs réels et alternatifs chez Amundi. Ainsi, beaucoup de sociétés de gestion - comme Amundi en septembre 2016 - ont recruté des équipes et créé des pôles spécifiquement dédiés aux actifs réels et alternatifs ces dernières années.

 

 

 

La suite sur lesechos.fr

Autres articles

"La France pourrait être l'un des pays exposés à la remontée des taux"

"Les marchés sont pour l'instant anesthésiés par la BCE, qui maintient les taux bas. Selon nos calculs, son action a ainsi contribué à réduire la pression sur les finances publiques françaises d'environ 0,7 % du PIB en 2016."

La BCE laisse ses taux inchangés et ne compte plus les baisser

La BCE a laissé jeudi inchangés ses taux directeurs, à leur plus bas niveau historique depuis plus d’un an

Gestion d'actifs : les taux bas, premier défi en 2017 pour les assureurs européens

Pour 75% des assureurs européens et 68% des assureurs français, les taux bas sont le principal défi, devant la réglementation