45 avenue Jean Moulin, 75014 Paris


Tél : 01 40 44 58 85

D’où viendra la prochaine crise financière ?

Posté le : 30/10/2018

(Daily Finance) L’économie n’est pas une science exacte : les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets. Regrettable. Il ne s’agit pas ici de chercher à se faire peur mais plutôt d’avoir une analyse éclairée et étayée de notre environnement économique. Partant du principe que la prochaine crise ne ressemblera pas aux précédentes, Mory Doré nous montre comment les banques centrales ont déséquilibré les marchés. Quel est le risque que cela dégénère ?

 

Il ne faut pas se priver de disserter sur ce que l’on appelle communément les 10 ans de la crise financière. Encore que la faillite de Lehman Brothers le 15/09/2008 n’est que le paroxysme de cette crise sans précédent. En effet, selon nous, la période officielle du début de la plus grande déflagration financière de l’histoire post-seconde guerre mondiale date de l’été 2007. Certes, le début d’une crise ne peut avoir de date officielle. Peu importe, il faut dater les événements surtout lorsque ceux-ci ont profondément transformé le mode de fonctionnement de nos économies et de nos marchés financiers.

 

Puisqu’il est de bon ton d’écrire sur la « commémoration » des 10 ans de la chute de Lehman, permettez-moi d’y participer à travers cette contribution.

 

Cette première contribution a pour objet de montrer que les banques centrales ont créé, depuis 10 ans, les conditions d’une forte instabilité. Nous verrons que le problème n’est pas de savoir si et quand les crises traditionnelles vont revenir, mais de comprendre que la prochaine crise financière sera non plus une crise traditionnelle, telle que celle que nous avons connues.

 

Il ne s’agit pas de refaire l’histoire et de redonner des explications économiques et financières sur les problématiques de liquidité et de solvabilité (tout aurait été dit), mais il s’agit plutôt de savoir si l’on va revivre les pires épisodes de la crise financière. Il est en fait quasiment unanimement admis dans les « milieux autorisés » que l’évolution des dispositifs de réglementation prudentielle empêchera de revivre ce que nous avons vécu aux pires heures de 2008-2009. Convenons-en.

 

La suite sur thedaily.finance